The Dark Knight Rises : the end is never the end

The-Dark-Knight-Rises_bestyep

Pour sa dernière visite à GOTHAM city, tout en gardant les bases de son style, Christopher Nolan lui fait prendre une ampleur monumentale digne des épopées de l’ancien Hollywood.

Son scénario complexe mais limpide reste fidèle à l’esprit des comics, en incorporant avec bonheur des éléments des sagas « Knightfall » et « No Man’s Land » et même certains concepts que l’on ne s’attendait pas du tout à retrouver dans l’univers Nolan!
Mais c’est dans le choix de sa conclusion qu’il démontre son humilité, si il a adapté le matériau d’origine à sa sensibilité, jamais Christopher Nolan ne s’est placé au dessus de la légende BATMAN.
Au contraire il lui fait prendre un aspect mythique.

Succéder au vilain le plus charismatique de Batman, qui a valu de surcroît à son interprète un Oscar posthume tout en portant un masque qui recouvre le visage, Impossible? Et bien Tom Hardy l’a fait, aidé il est vrai par un rôle écrit à sa démesure. Véritable reflet maléfique du héros, privé d’expression faciale c’est de tout son corps, de ses postures qu’il impose une puissance physique terrifiante et sa diction si calme assourdie par son respirateur fait passer une malfaisance qui glace le sang.
La ou le Joker anarchiste voulait jouer avec le chevalier noir, Bane lui n’aspire qu’à le détruire : le méchant de l’année 2012.

The Dark Knight Rises – Selina Kyle Catwoman (Anne Hathaway) 200px Enfin hommage à Batman himself, Christian Bale, qui nous donne pour son dernier passage dans le rôle du « caped crusader » son interprétation la plus bouleversante. Il nous offre un Bruce Wayne toujours rongé par la souffrance de la perte de ses parents et hanté par le souvenir de Rachel. Et je m’en voudrais ne pas mentionner la première confrontation enoooorme entre Bane et Batman qui reprend en live la case la plus célèbre de l’épopée Knightfall!

Epique et poignant Christopher Nolan clos de façon magistrale une trilogie qui entre désormais dans l’histoire du cinéma.

Je pense qu’avec le temps les fans de Batman se souviendront avec émotion qu’un auteur du calibre de Nolan ai pu contribuer avec toute l’étendue de son talent à la legende du caped crusader. The Dark Knight Rises c’est un 8/10 !

Avis après second visionnage

Les Confirmations
Les performances de Tom Hardy et Christian Bale se détachent pour moi toujours autant ,mais la deuxiéme vision m’a permis d’apprécier encore plus le jeu de Anne Hathaway qui a su nous offrir une Sélina Kyle enfin conforme à la complexité du personnage dans ses dernieres incarnations de papier.Mention aussi à Michael Caine qui a apporté une vraie force émotionnelle au film ,sa confrontation avec Christian Bale est une des meilleures du film.

Le combat Batman / Bane dans les égouts se classe vraiment dans les premières places des scènes qui restituent le feeling que l’on a quand on lit des comics : l’aspect graphique ,les dialogues « larger than life »,les poses un régal !

La partition magistrale de Hans Zimmer reprends tous les motifs des compositions precedentes et apporte au film un surplus de puissance.Son apport au films de christopher Nolan est comparable pour moi à celui d’Ennio Morricone à ceux de Sergio Leone.

Enfin le choix fait par Christopher Nolan pour clore sa trilogie offre une fin possible à la saga de Batman qui par sa nature ne peut en avoir.Cette conclusion élégante réussit à etre à la fois émotionnelle ,héroique respectant la legende et ses icones mais en marquant un point final à la visite du cinéaste à Gotham City.
Les bémols

Après la disparition de Batman le film souffre de quelques longueurs par chance dès que Bane est à l’écran Tom Hardy par son jeu électrise ces moments de « faux-plat ».Mon plus gros bémol, je trouve que le film est un peu light en Batman.

Je parle ici du Batman en costume complet qui interagit avec d’autres. Cela ne se ressent même pas en terme de temps de présence à l’écran (même sil il est considérablement réduit par rapport à l’opus précèdent) mais surtout dans l’utilisation qui est fait du personnage.

Ainsi lors de sa première apparition il se contente de poursuivre un motard avant d’être poursuivi à son tour de loin par des voitures de police ,un peu léger par rapport çà ses entrées en scène précédentes (faut reconnaître que l’énorme partition de Hans Zimmer fait le job et qu’on a quand même des frissons lors de cette scène).
J’ai l’impression que Nolan s’est un peu lassé de ce côté héros costumé mais heureusement contrairement à Sam Raimi dans son dernier Spider-man il justifie cette absence dans son scénario et offre une arche narrative passionnante au personnage de Bruce Wayne qui nous fait oublier l’absence du Dark Knight.

La critique en vidéo by « No PopCorn »

Aussi sur NoPopCorn un article sur les comics ayant inspirés le film.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s