OSCARS 2013 – A propos d’hier soir…

picture-argo_2491529k

Face à une sélection d’une grande qualité cette année malgré des nominations parfois contestables (les oublis Affleck et Bigelow) l’académie des Oscars a su rendre un palmarès  équilibré et même si certains y verront un jugement de Salomon tiède et consensuel,  en refusant l’effet raz de marées pour un seul film elle rend des décisions, qui peuvent être discutés mais à mes yeux indiscutables.

Avec ARGO c’est bien le film le plus complet qui est récompensé alliant politique, humour et divertissement s’appuyant sur un scénario au cordeau et des comédiens talentueux  il représente vraiment l’excellence du cinéma US.

Le fan de Comics fut par ailleurs ravi de voir le Joker (jack Nicholson) remettre à Daredevil (Ben Affleck) et son producteur Batman (George Clooney)  l’oscar pour un film ou figure Jack Kirby !

Les Oscars du Montage et du scénario adapté lui revenant aussi naturellement. D’ailleurs avec le prix du scénario original pour QT et son Django Unchained les catégories du scénario ne souffre aucune contestation.

Ben Afleck sorti du jeu, je suis ravi de la victoire de Ang Lee car la réussite de l’Odyssée de Pi  défi à la fois  technique  (quelle 3D), mais aussi de mise en scène (rendre intéressant un conte philosophique avec pour seuls protagonistes un ado et un tigre sur un radeau) est à mettre à l’actif de l’éclectique taiwanais.

Le film décroche d’ailleurs les oscars techniques (photos SFx) et mon favori pour la musique que j’avais trouvé envoutante Mychael Danna l’emporte aussi.

Les favoris pour les seconds rôles Chritoph Waltz et Anne Hataway l’emportent logiquement même si je persiste à penser que Waltz n’est en rien un second rôle dans Django Unchained.

Si il était attendu et qu’une surprise ne m’aurait pas déplu (j’espérais Denzel Washington pour Flight) le 3e Oscar du meilleur acteur prix pour Daniel Day Lewis  pour Lincoln n’est pas usurpé.

Si toutes les nommées furent talentueuses et méritantes comment ne pas reconnaitre la maturité et l’aisance  du jeu de Jennifer Lawrence éblouissante dans Happiness Therapy.

jennifer-lawrence-daniel-day-lewis-oscars-2013

Les Oscars en ne donnant pas la prime au gagnant du meilleur film illustre la diversité de genres, de talents et de personnalité donc toute la vigueur du cinéma américain au moment où le cinéma français rongé par le népotisme , l’entre soi et l’aigreur s’exposait dans une cérémonie mortifère.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s