[Blast from the past] Rocky III : la révolution conservatrice

rocky-iii-l-oeil-du-tigre-1983-15-g

Disons le tout net j’adore Rocky III non seulement mon « Rocky » favori mais aussi une de mes suites préférées dont la trame se retrouve régulièrement dans d’autres franchises ( le Dark Knight Rises de Nolan par exemple). Mais le film est aussi symptomatique pour moi de l’évolution politique de Sylvester Stallone vers la droite et donc de toute l’Amérique car on le sait tous Sylvester Stallone EST l’Amérique.

En cette année 1983 Sly Stallone est lucide, il aurait pu nous faire retrouver l’ Etalon italien et sa famille dans le Philadelphie populaire des premiers épisodes mais il a conscience que dans l’esprit des spectateurs Rocky et lui ne font qu’un et le public sait parfaitement que la vedette vit désormais dans l’aisance que lui confère son rang de star.

Il fait donc de la vie de Rocky Balboa à l’écran un reflet de la sienne intégrant dés le générique des images de ses authentiques passages dans les talk show et les émissions en vue étalant le luxe de sa nouvelle vie. On sent la culpabilité de l’ancien pauvre  qui va se matérialiser de façon presque masochiste avec le spectacle de ce Rocky malmené par son nouveau challenger Clubber Lang personnage issu de la rue qui représente une version obscure de ce qu’il fut. Parce qu’il fait de Lang non pas un antagoniste, comme l’était Apollo Creed mais littéralement un ennemi on sent en filigrane l’évolution politique de Stallone qui épouse le basculement idéologique américain qui a porté au pouvoir Ronald Reagan deux ans plus tot.

Celui qui vient » d’en bas » qui réclame sa part du rêve américain car il en a le talent et  se bat pour atteindre le sommet n’est plus la figure positive qu’incarnait Rocky, il est devenu une menace pour l’ordre établi, il ne veut pas simplement « y arriver » mais il veut PRENDRE ce qui appartient à Rocky. Violent, vulgaire quand il l’emporte c’est bien une victoire d’un méchant sur un gentil. Ainsi celui qui vit dans l’opulence qui a tout est perçu comme méritant si il  vit dans ce luxe c’est qu’il s’est battu pour l’avoir et Rocky  en est la preuve puisque nous en avons été le témoin ! Cette inversion des perceptions constitue un des fondements de  cette « révolution conservatrice » qui balaie les USA et porte Reagan au pouvoir et dont nous percevons encore les dévastatrices répliques de nos jours.

a22c9054d0a2f10c80a2d7e43e6b3bd3a4b1083a
Clubber Lang (Mister T.) Fear of a Black Planet

Clubber Lang black et perpétuellement en colère, agressif  incarne cette vision qu’à la classe moyenne blanche américaine de la jeunesse noire dont elle découvre la culture urbaine qui l’effraie. Apollo Creed devient dans ce volet  une figure positive celle du noir respectable qui devenu riche adopte tous les codes majoritaires et devient un pilier de l’establishment. Certes il ramène Rocky à la source dans les milieux populaires pour y retrouver le fameux « Oeil du tigre » mais la communauté noire dans lequel il le plonge  est une version idéalisée elle travaille dur mais ne revendique rien , d’abord inquiétants ils aident Rocky à retrouver son Olympe. Une fois Clubber Lang vaincu, renvoyé à ses bas-fonds Rocky retrouve sa vie dorée : Ouf l’ordre est rétabli.

Rocky IV est considéré comme le plus Reaganien des épisodes de Rocky pourtant malgré sa vision simpliste de la guerre froide et son patriotisme exacerbé c’est avant tout presque une bande dessinée pour moi c’est bien ce troisième volet qui est le plus politique des films de notre ami Sylvestre.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s