Edge of Tomorrow : Same Player Shoots Again [Critique] – A

edge_of_tomorrow_2014-wide

Un an à peine après Oblivion Tom Cruise retrouve la science fiction sous la caméra de Doug Liman (Bourne Identity, Mr& mrs Smith) avec cette adaptation d’un roman japonais ou il incarne Bill Gage ancien propagandiste devenu simple soldat dans l’ultime bataille que livre l’humanité à une mystérieuse  race d’extra-terrestre les Mimics. Tué  par un Alien dés le début de l’offensive il se réveille  bien vivant condamné à revivre sans cesse la même journée.  Trés vite il s’aperçoit qu’il n’est pas la seule victime de cet étrange phénomène…

Quand  Warner fait l’acquisition pour un million de dollar du script adapté du roman japonais « All You Need is Kill » qu’il confie à Doug Liman elle le destine à un jeune comédien (on parle de Ryan Gosling) mais bien vite  l’ampleur du budget impose la présence d’une star. Tom Cruise grand fan de SF embarque sur le projet mais son age (51 ans et oui!) impose quelques  ajustements. C’est son collaborateur fétiche Christopher McQuarrie (Walkyrie , Jack Reacher et bientôt Mission impossible V) qui adapte le script à la star,  Liman le faisant remanier par ses scénaristes de Fair Game : Jez  & John-Henry Butterworth.

photo-Edge-of-Tomorrow-2014-22
Tom Cruise et Doug Liman sur le tournage.

Le scénario qui tire le maximum de son « high concept » (un mix entre Groundhog Day (Un Jour Sans Fin)  et Starship Troopers sans jamais  plagier l’un ou l’autre)  offre une double lecture des multiples vies du soldat Cage. La narration  reproduit d’une part l’expérience vidéo-ludique (le concept est aprés tout  d’inspiration japonaise la patrie des jeux vidéos) comme dans ces scènes ou Cage mémorise les mouvements à effectuer pour avancer un peu plus loin sur la plage comme dans le niveau d’un jeu . De l’autre il offre une métaphore sur la condition du  soldat destiné  à servir éternellement de chair à canon dans tous les conflits. En situant les combats futuristes de ces troupes méc(h)anisés sur les plages anglo-normandes Liman  mêle l’imagerie Science Fictionnelle aux décors associés dans l’inconscient collectif au plus célèbre des conflits du passé.

Parce qu’il vient du cinéma indépendant (Swingers) et qu’il navigue entre les genres de l’espionnage (Bourne Identity) à  la comédie d’action (Mr & Mrs Smith), de la SF pour ados (Jumper) au thriller politique (Fair Game) on a du mal à situer Doug Liman. Je lui trouve un talent naturel pour filmer l’action qui en fait à mes yeux un des tout meilleurs dans le domaine, la géographie de ses scènes est toujours bien définie , elles restent lisibles tout en étant  dynamiques et sans abuser d’effets de style trop voyants. Aux commandes du plus gros budget de sa carrière il fait preuve d’une aisance stupéfiante dans l’orchestration de la monumentale scène de bataille qui ouvre le film passant du point de vue du troufion aux ballets d’une armada de drop ships dans une version mecha du débarquement de « Saving Private Ryan ».

tom-cruise-in-edge-of-tomorrow-movie-image-477633275
Que ses fans se rassurent , oui Tom Cruise court encore dans ce film..

C’est aussi un styliste  le film, sublimement éclairé par Dion Beebe (Collateral, Miami Vice qui se rachète ici de Green Lantern!), respire la classe et un directeur d’acteur accompli (en atteste le calibre des comédiens de ses précédents films) qui se repose ici sur un duo d’acteurs exceptionnels.

Parce  qu’on le connait depuis si longtemps on a tendance à tenir pour acquis le talent de Cruise, pourtant peu de stars de son calibre ont maintenu un tel niveau de qualité sur une si longue période. Il s’investit toujours à fond quand il s’engage sur un film et ne « téléphone » jamais une prestation, bien sur il a une personnalité bien définie  mais sait offrir suffisamment de variations pour la rendre toujours intéressante. Tour à tour beau parleur, pleutre , super soldat héroïque ou vétéran blasé il fait encore preuve dans Edge of Tomorrow de l’étendue de son talent.

Edge of tomorrow emily blunt
Rita (Emily Blunt) recommence une partie de Tom Cruise.

Emily Blunt si elle s’est infligée une métamorphose physique digne de celle de Linda Hamilton dans T2 ne fait pas pour autant de Rita la « Full Metal Bitch » un homme dans un corps de femme, elle  conserve toute sa sensibilité et si elle  reste féminine n’est ni une demoiselle en détresse ni la pour servir de caution romantique. C’est à la fois le partenaire de Cage et son mentor, leur relation d’égal à égal apporte énormément au film.

J’ai pris un plaisir particulier à retrouver Bill Paxton dans une guerre futuriste presque 30 ans après Aliens, il incarne ici le sarcastique sergent instructeur du peloton dans lequel est enrôlé de force Cage qu’il prend un malin plaisir à tourmenter avec son accent traînant du sud (« Vous êtes américain? » lui demande Cage /Cruise -« non je suis du Kentucky »!).

Nombreux sont ceux qui se lamentent sur le déclin du blockbuster américain, en mal de sujets originaux malades des remakes/reboots à répétition formaté  pour un public d’ados qu’on suppose idiot. Edge Of Tomorrow apporte un démenti cinglant à ce déclinisme et rappelle la supériorité de la machine hollywoodienne dans ce domaine quand elle réuni autour d’un concept solide de vrais « pros ».

Edge of Tomorrow est un « ride » spectaculaire, ultra-rythmé, drôle sans l’être au détriment des enjeux dramatiques qui repose sur trois piliers essentiels : un scénario abouti, un réalisateur inspiré et des comédiens convaincus. 

Ma note : A

La bande-annonce :

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s