American Nightmare 4: Les origines [Critique] BlackLivesMatterSploitation

 

American-nightmare4-banner-cinemadroide

Le premier The Purge était un home-invasion très classique qui se reposait sur un excellent concept – le  gouvernement  des Nouveaux Pères Fondateurs une cabale d’extrême droite (mélangeant les 1%, la NRA et la religion) rend légal chaque année tout crime durant une période 12 heures pour « purger » la société , que son auteur James DeMonaco (scénariste du solide Négociateur et du bon remake de Assaut) a décliné dans ses suites en deux excellentes séries B d’inspiration Carpenterienne. Pour ce quatrième volet qui explore les origines de la Purge (son titre original étant La Première Purge) DeMonaco est toujours à l’écriture mais cède sa place de réalisateur à un jeune réalisateur afro-américain Gerard McMurray (producteur du Fruitvale Station de Ryan Coogler) choix loin d’être innocent puisque cette histoire qui pouvait ressembler à un conte pour effrayer les enfants de la génération Obama prend sous l’ère Trump l’allure d’une anticipation crédible.

Lire la suite

Publicités

American Nightmare 3: Élections

gallery-1463676387-purge-one-sheets-2

Le premier The Purge était un home-invasion très classique qui se reposait sur un excellent concept, un gouvernement rend chaque années légal tout crime durant une période 12 heures pour « purger » la société, que n’exploitait pas son auteur James DeMonaco (scénariste du solide Négociateur et du bon remake de Assaut). Heureusement pour la suite De Monaco eut la bonne idée d’extérioriser l’action signant une excellente série B d’inspiration Carpenterienne qui trouva un héros à la hauteur en la personne du bad-ass Frank Grillo (Captain America The Winter Soldier, Le territoire des loups). On le retrouve ici pour un troisième opus ou il doit protéger durant une nuit de Purge une candidate à l’élection présidentielle (Elizabeth « Lost » Mitchell) qui a promis sa suppression.

Lire la suite