Ready Player One [Critique]

ready-player-one-banniere

La sortie de Ready Player One qui marque  retour de Steven Spielberg au divertissement de SF à grand spectacle, adapté du roman de Ernie Cline a provoqué une de ces batailles d’Hernani dont raffole le web. Controverse qui serait censé opposer d’un côté les fanboys dévots béats et sectaires du réalisateur barbu et de l’autre les haters aveugles au génie du grand homme. Puisqu’il faut donner quelques références l’auteur de ces lignes a vu quasiment tous ses films  en salles depuis les Aventuriers de l’Arche Perdue en 1982 (nous n’étions pas très nombreux par exemple le jour de la sortie d’Always) et si je suis plus réservé sur certaines de ses dernières œuvres j’ en compte de nombreuses parmi mes films favoris , que je tiens pour des chef d’œuvre de Jaws à Minority Report .

Lire la suite

Publicités