Dunkerque [Critique] One Nolan Show (A)

dunkirk_banner-cinemadroide

Que Warner Bros. accepte de sortir en plein été dans une mer de blockbusters une superproduction sur l’évacuation des troupes britanniques depuis Dunkerque en mai 1940, fait de la seconde guerre mondiale peu connu du public américain, sans stars « bankables » en tête d’affiche (même si le casting comprend les très solides Tom Hardy,Kenneth Branagh et Mark Rylance) est un témoignage de la place qu’occupe désormais Christopher Nolan . Le cinéaste britannique depuis le triomphe de The Dark Knight , ne cesse d’enchaîner des projets d’une ambition formelle et narrative immense mais qui restent de grands films populaires de divertissement : du thriller mental Inception a l’odyssée spatio-temporelle Interstellar. Mais Dunkeque vendu uniquement sur son nom et la promesse d’une expérience de cinéma unique est sans doute son pari le plus risqué. Lire la suite

Publicités

The Revenant [critique] Leo vs Wild

revenant-leo-banner-1280jpg-9b4220_1280w

Un an aprés leur triomphe aux Oscars avec Birdman Alejandro Iñárritu et son directeur de la photo Emmanuel « Chivo » Lubezki reviennent avec un film précédé d’une réputation à la fois flatteuse et sulfureuse . Tourné en extérieurs sous des climats inhospitaliers  utilisant uniquement la lumière naturelle  – une décision créative qui a conduit à un doublement du budget – Iñárritu a soumis ses acteurs et ses équipes à un traitement de choc qui ferait passer le tyrannique James Cameron pour un bisounours. Le résultat final en valait il la peine ?

Lire la suite

Legend [critique] Badfellas

legend_2015_tom_hardy_edgerton_theron_103112_3840x2400

Legend  retrace l’ascension et la chute de Ronnie et Reggie Kray, deux  gangsters jumeaux qui ont terrorisé la pègre de Londres pendant une bonne partie des années 1960. Malgré leur apparence similaire les frères Krays ils étaient très différents. Reggie  froid et calculateur –  le plus capable de gérer leur entreprise et Ronnie,  violent et imprévisible (partiellement en raison de sa schizophrénie  non médicamenté).

Lire la suite

Mad Max Fury Road : La folie du Roi George

Mad-Max-Fury-Road-lovely-day

C’est un exercice délicat pour un réalisateur de revisiter  30 après un personnage  si marquant car il s’expose à une déception à la mesure des attentes parfois démesurées des fans  (rappelons la jurisprudence Prometheus avec aussi Charlize Theron). Et pourtant George Miller pulvérise toutes les attentes et redéfini une nouvelle fois la représentation de l’action au cinéma offrant au genre n’ayons pas peur des mots un nouveau chef d’oeuvre!

Lire la suite