Mon Top 10 des films des années 70

seventies

La décennie des années 70 fut une période charnière de l’histoire du cinéma US , elle vit la fin du système des studios et l’émergence du « Nouvel Hollywood »  les Coppola,  Scorcese,  DePalma faisant souffler un vent nouveau portés par les tourments de l’histoire (Watergate, guerre du Viet-Nam). Mais ce « Nouvel Hollywood » ne fut qu’une parenthèse enchantée, la vraie révolution arriva  dés la fin de la décade portée par deux jeunes cinéastes Steven Spielberg et George Lucas  l’ère des blockbusters allait s’ouvrir…

Ce Top ne prétends pas être la liste des meilleurs films sur le nombre  incroyable d’œuvres marquantes mais  un choix subjectif des films qui ont eu sur moi le plus d’impact.

1- Star Wars Episode IV: A New Hope aka Star Wars George Lucas (1977)

Star-Wars-Old-Poster

Evidemment Star Wars ! Naissance pour le meilleur et le pire du cinéma actuel, on oublie vite que ce film se fit contre les modes , contre les  studios Lucas  gagnant son indépendance en leur arrachant les droits sur le merchandising inexistant à l’époque qui fera sa fortune. Mais c’est avant tout l’ouverture d’un imaginaire sans limitesz qui va nourrir  tous les grands des décennies à venir.

Réplique culte « May the Force be with you! »

2-Superman the movie Richard Donner (1978)

superman_the_movie_poster

Le comics a toujours bercé ma vie et cette vie de fan sera toujours marqué par la vision du film qui matérialisa pour la première fois cet univers. Le succès du film repose sur deux facteurs le choix par Richard Donner du mot clé du film verisimilitude. Traiter le fantastique non au second degré mais de la manière la plus réaliste possible .Et surtout l’incarnation incroyable du personnage  par Christopher Reeves dont la perfection lui coûtera une brillante carrière mais le fera vivre à jamais dans les mémoires.

Réplique culte : « Easy, miss. I’ve got you.Lois Lane: You – you’ve got me? Who’s got you? »

3- The Godfather Francis Ford Coppola (1972)

the-godfather-1

Coppola premier géant du « Nouvel Hollywood » à percer au sein des studios imposant son casting (Al Pacino préféré à Robert Redford poussé par le studio)  inventa tous les codes du le mythe de la mafia et unira en un seul film chef d’oeuvre cinématographique et triomphe public.Une offre qu’on ne pouvait refuser.

Réplique culte « My father made him an offer he couldn’t refuse. »

4- The Exorcist William Friedkin (1973)

Exorcist 1

Cette  collaboration entre un réalisateur  athée et un  scénariste (très) croyant en choisissant une approche clinique du sujet va créer un malaise qui en fait pour moi le film le plus terrifiant de tous les temps! A noter le travail incroyable du maquilleur Dick Smith sur le vieillissement de Max Von Sidow 44 ans à l’époque qui quand il atteindra la soixantaine ressemblera exactement au père Merrin !

Réplique culte : « Your mother sucks cocks in Hell »

5- Jaws Steven Spielberg (1975)

Jaws-Banner

Grand film d’aventures, grand film de terreur, premier blockbuster de l’histoire (premier film à franchir les 100 millions de dollar au box-office) c’est JAWS qui fera de l’été la grande saison des sorties du cinéma US. Le génie du jeune Spielberg s’échappe définitivement de sa bouteille , que serait il arrivé si Bruce le requin mécanique (et prénom de l’avocat du jeune Steven) avait fonctionné ? Ta da Ta da Ta da da da da da da…

Réplique culte : « You’re gonna need a bigger boat. »

6- Alien Ridley Scott (1979)

ALIEN-v5-Silver-Ferox-Design1

Ridley Scott sublime un scénario de série B  enrôlant des designers issus du magazine Metal Hurlant , l’artiste suisse Giger ou le français Moebius. Tournant le dos à l’esthétique space-opéra  d’un Star Wars et en  faisant de ses astronautes des camionneurs de l’espace (la description est de Ridley Scott lui-même)  qu’il confronte à une indicible terreur toute Lovecraftienne il va influer le style de la SF encore plus profondément que Lucas lui-même.

Réplique culte : « Perfect organism. Its structural perfection is matched only by its hostility. »

7- Dirty Harry Don Siegel (1971)

dirtyharrygroovymatter34234

Ce rôle refusé par Franck Sinatra fera de Clint Eastwood LA mégastar des 70’s, lui collant une étiquette de fasciste dont il  mettra 20 ans à se débarrasser. Mais Dirty Harry est un sublime polar plus ambigu qu’il n’y parait porté par la pulsation jazzy de Lalo Schiffrin. Harry Callahan et ses répliques aussi foudroyantes que son Magnum 44 va devenir le moule de la générations d’action hero qui va suivre.

Réplique culte : DO YOU FEEL LUCKY PUNK?

8- The Godfather Part II Francis Ford Coppola (1974)

still-of-al-pacino-in-the-godfather-part-ii-large-picture

S’éloignant du folklore qu’il a initié dans le premier film Coppola livre une tragédie ou plongé dans les ténèbres du directeur de la photo Gordon Willis, Michael Corleone (Al Pacino) perd son âme…

Le film sera la seule suite à recevoir l’oscar du meilleur film (déjà obtenu par l’original)

Réplique culte : « I know it was you, Fredo. You broke my heart. You broke my heart! »

9- Dawn of the Dead George A. Romero (1978)

Dawn-of-the-Dead2

Dans la suite de sa Nuit des Morts Vivants George Romero fixe définitivement les codes de genre zombie tout en poursuivant sa critique radicale de l' »American way of life ». Repoussant les limites du gore à l’écran il exorcise les horreurs de la guerre du Viet-Nam (le maquilleur Tom Savini dont c’est le chef d’oeuvre en revenait fraichement). A noter que le montage européen de Dario Argento sublimera le film en y apportant la bande originale terrifiante de Goblin!

Réplique culte : »When the dead walk, señores, we must stop the killing… or lose the war. »

10- Marathon Man John Schlesinger (1976)

marathon-man-1976-04-g

Le thriller paranoïaques vécut ses plus belles heures en cette décennie du Watergate mais aucun pour moi n’a l’intensité de ce thriller ou se mêlent  anciens nazis et services secrets US .L’affrontement entre Dustin Hoffmann et Sir Laurence Olivier est aussi celui entre deux écoles d’acteurs , les tenants de la « method » face à l’école classique anglaise. Anecdote sublime, alors que Hoffmann racontait fièrement à Olivier que pour être dans le même état d’épuisement que son personnage il n’avait pas dormi durant plusieurs nuits ce dernier eut cette réplique définitive « Why don’t you just ACT? » (pourquoi simplement ne jouez vous pas?)

Réplique culte : »Is it safe? »

Voici année par année les Top 10 de mes favoris.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s