[Analyse Box office] : The Amazing Spider-Man 2 et la fatigue de l’araignée

widescreen_wallpaper

Les résultats du premier week-end de The Amazing Spider-Man 2 au box office américains viennent de tomber, je vais expliquer en quoi pour moi ce succès bien réel est néanmoins porteur d’inquiétudes pour Sony…

The Amazing Spider-Man 2 a démarré avec un week-end de 92 millions de dollars sur le territoire US , premier point 92 millions est un énorme week-end. C’est une cap que que peu de films y compris a gros budget passent, cette suite démarre avec 30 millions de plus dans les caisses que l’opus précédent. Donc le terme d’échec ne s’applique pas vraiment ici, dans le monde réel quoi….

Néanmoins, et c’est la réalité aussi, toutes les projections des analystes placent le film en fin d’exploitation en deçà du cumul global et domestic ( sur le territoire US) de son prédécesseur et ce malgré un investissement supérieur. L’explication ne réside pas pour moi dans la qualité du film  peut être 30% (donnée au pifomètre) du public est influencé par le changement de direction de la franchise, pour la plupart du public visé famille et enfants il s’agit juste du « nouveau Spider-Man ».D’autant que les haters les plus rabiques du film sont tout de même venus le voir en salles. Ces mêmes haters se réjouissent que le score de Spidey soit inférieur à celui de Captain America : the Winter Soldier .

Le score de ce dernier film est en effet impressionnant surtout pour un des personnages les moins appréciés du public international et met en évidence une des forces de la formidable entreprise de Marvel Studios qui ne m’était pas encore apparu. Par contraste il pointe les limites de la stratégie adoptée par Sony qui vise à  reproduire pour Spider-Man ce concept d’univers partagé.

The Amazing Spider-Man 2 reste aux yeux du grand public le cinquième film consacré au tisseur et même si son univers est riche de personnages secondaires il reste en fait l’unique intérêt des films.Par conséquent une certaine fatigue s’installe , fatigue qui explique l’érosion des recettes la familiarité  fini par être un handicap au box-office.

Les films du MCU (Marvel Cinematic Universe)  parviennent à jouer sur les deux  tableaux,  si Captain America : the Winter Soldier n’est que la seconde aventure solo du personnage préservant la nouveauté des thèmes et des intrigues propres au personnage il est perçu également comme le neuvième volet de l’immense  trame narrative que constitue le MCU dont certains des épisodes comptent parmi les plus gros succès commerciaux de tous les temps.
Ainsi la volonté de bâtir un univers partagé en déclinant des personnages secondaires (des bad-guys de surcroit) d’un  univers centré sur un personnage unique ne pourra jamais porter les mêmes fruits. La sagesse imposerait un temps de jachère pour la franchise pour arriver l’appétit du public pour le tisseur  mais c’est un luxe que SONY une major « spider dépendante » car c’est la seule franchise lucrative de son portefeuille ne peut se permettre…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s