Le Top 10 de mes remakes favoris

Is-Hollywood-Releasing-Too-Many-Remakes-82292457980

« Hollywood ne fait plus que des suites et des remakes » on entend souvent cet argument , de ces deux espèces les remakes (rebaptisés à tort reboot, je réserve ce terme au redémarrage d’une franchise par ex: Batman Begins ou Star Trek sont des reboots) ont la plus mauvaises presse. Pourtant des remakes (parfois supérieurs aux originaux) font partie des plus grands films de l’histoire.voici mes favoris…

 1- Scarface – Brian DePalma (1980)

scarface-scarface-remake-shooting-for-great-director

C’est Al Pacino fan de l’original de Hawks qui suggéra au producteur Martin Bregman d’en acquérir les droits en vue d’un remake. Destiné à l’origine à son metteur en scène de « Dog day Afternoon » Sidney Lumet. celui-ci effrayé par le scénario d’Oliver Stone (écrit en pleine cure de désintoxication à la cocaïne  à Paris  boulevard StGermain !)  abandonna la mise en scène à Brian DePalma. Quelques centaines de fuck et de sniffs de cocaïne plus tard un nouveau classique était né!

2- The Thing – John Carpenter (1982)

the-thing1

Les films d’Howard Hawks (même si l’original portait la signature officielle de Christian Niby) donnent vraiment les meilleurs remake. Exécuté au box-office par E.T (les américains voulait un gentil alien cet été la) John Carpenter a bâti sur l’ADN de ce vieux monster-movie de la guerre froide (et sur un script du fils de Burt Lancaster!)  un suspense implacable, étouffant ou plane grâce aux effets spéciaux de maquillages inégalés de Rob Bottin l’ombre d’H.P Lovecraft.

3- The Fly (la Mouche)  David Cronenberg (1986)

fly1

Produit par Mel Brooks ce remake du film de Kurt Neumann est à mes yeux le plus grand film de son auteur, tout à la fois  summum du film d’horreur organique, sublime histoire d’amour et peut être le plus grand film fait  la pandémie du SIDA.

4- King Kong – Peter Jackson (2005)

kk

Peter Jackon portait en lui ce remake depuis son enfance aprés une première tentative en  1996 le succès de sa  trilogie de l’Anneau lui ouvrit  les coffres d’Universal pour réaliser cet epic de trois heures ou il déverse à l’écran tous ses rêves d’enfant et son romantisme sans une once de calcul.

5-The Magnificent Seven (Les 7 mercenaires ) – John Strurges (1960)

gal-movies4-jpg

Encore un remake d’un classique devenu lui-même un classique avec son all-star cast (Yul Brynner, Steve McQueen, Charles Bronson) venu défendre les villageois des bandits menés par Eli Wallach sur le thème immortel d’Elmer Bernstein (John Williams est dans l’orchestre, au piano). A l’épreuve du temps…

6- Sorcerer – Le convoi de la peur  (1977) – William Friedkin

sorcerer

Pour ce remake du classique français « Le salaire de la peur » Roy Scheider retrouvait six ans aprés « French Connection » Friedkin pour  incarner Jackie Scanlon (rôle écrit pour Steve McQueen) un escroc new yorkais traqué à la fois par la police et la mafia en fuite en Amérique du Sud qui va accepter de convoyer dans la jungle deux camion de nitroglycérine hautement explosive au coté de Manzon ( Bruno Cremer – Lino Ventura refusa le rôle) banquier français qui risque la prison pour cause de spéculation et Kassem (Amidou) un terroriste.

Les relations entre les Scheider et Friedkin sur le tournage si dur en pleine jungle dominicaine furent houleuses, Friedkin théorisa que le succès de Jaws lui avait fait perdre son humilité le rendant imperméable à toute suggestion. Malgré tout le réalisateur regretta que Scheider ne reçut pas plus de reconnaissance pour sa performance. Quant à ce dernier il trouvait que Friedkin bien que visuellement doué en ne faisant confiance à personne rendant le tournage difficile.Il ajouta toutefois que seul un réal de sa stature aurait pu le convaincre de tourner ces scènes hyper-dangereuses car en voyant les rushes il savait que ça valait la peine. Poisseux tourné en pleine jungle le film fut un des premiers à avoir un « score » électronique signé du groupe allemand Tangerine Dream .ecrasé au box-office par Star Wars il est désormais considéré comme un classique.

7-Invasion of the Body Snatchers (L’invasion des profanateurs) Philip Kaufman (1978)

BS

A l’exception de la dernière itération (Invasion d’ Oliver Hirschbiegel) tous les remakes du classique parano de  Don Siegel ont donnés de bons films.Toutefois cette version située dans le San Francisco de la fin des 70’s  à la conclusion glaçante reste le meilleur du lot .Double cameo au début du film le héros de l’original Kevin McCarthy essaie de prévenir Donald Sutherland de l’invasion extra-terrestre alors que ce dernier est dans un taxi conduit par..Don Siegel!

8- Cape Fear  (Les nerfs à vif) Martin Scorsese  -1991 

p1g46P3UlDjAbkD1HD8CB8Se9eN

C’est Robert DeNiro qui du convaincre Martin Scorsese de le mettre en scène dans ce film qu’il produisait avec Steven Spielberg ou il voulait jouer un rôle « proche de Terminator ». Collaborant avec le légendaire directeur de la photographie anglais Freddie Francis , le réalisateur cinéphile rend un hommage aux séries B des années 50 et livre un conte de fées  malsain et violent.

9-True Lies – James Cameron 1994

Movies_true_Lies_055427_

Sidération quand James Cameron annonce que son prochain film sera le remake de la comédie d’espionnage française « La Totale » avec Schwartzenegger dan le rôle de Thierry Lhermitte. Pourtant si il adapte bien le film de Claude Zidi conservant le cœur de l’intrigue et les principaux gags il l’ enchâsse dans un action-movie nucléaire à mi-chemin entre James Bond et les Marvel Comics (Charlton Heston prend l’aspect du Nick Fury des comics) et signe au passage un des strip-tease les plus sexy vus cinéma.

10-The Departed – (Les infiltrés) Martin Scorsese – 2006 

338971

C’est avec ce second remake de sa carrière  cette fois pour son second acteur fétiche Leo Dicaprio que Martin Scorsese gagne enfin son premier Oscar.Il assaisonne le polar HK à la sauce  Goodfellas.

BONUS

Ben-Hur -William Wyler (1959)

ben-hur-movie-image-2

Un des peplums les plus massifs marqués de tous les temps et sa fameuse course de chars d’anthologie est le remake d’un film muet  blockbuster de 1925 avec l’idole Ramon Navarro.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s