Instinct de survie [Critique] Duel au soleil

The-Shallows-Poster-the-shallows-39717769-2048-1536

Jaume Collet-Serra abandonne momentanément ses réalisations de films d’action pour Liam Neeson (Night Run, Non-Stop, Sans identité bientôt The Commuter tous meilleirs que les suites de Taken) pour ce thriller high-concept qui met aux prises la lumineuse Blake Lively  en mode survival avec un Grand Blanc vorace.

Dénué de prétention et très efficace, Instinct de survie film de Sharksploitation tendu comme la combinaison de son héroïne, est un prototype parfait de série B qui utilise au mieux les ressources du cadre limité qu’elle impose à l’action, exploitant au maximum le suspense de son intrigue très simple : une jeune surfeuse américaine Nancy (Blake Lively) se retrouve piégée à quelques mètres de la plage sur un minuscule récif d’une crique isolée au Mexique par un grand requin blanc. Mordue à la jambe par le squale elle va devoir trouver le moyen de regagner le sable avant que son abri de fortune ne soit  submergé à marée haute.

1335-firstlook-the-shallows-blake-lively

Le réalisateur Jaume Collet-Sera et son  scénariste Anthony Jaswinski  utilisent des incrustations de photos, de SMS et de Facetime issues de son téléphone portable  pour évoquer le vécu du personnage  et les motivations qui l’ont amené jusqu’à cette plage avant que ne s’enclenche la mécanique implacable du survival. Un peu à l’instar de Gravity, dans une version plus fun, l’épreuve sert à Nancy à exorciser  un traumatisme personnel que le requin va matérialiser. Mais passé l’introduction ils ne laissent pas ces «motivations» entraver le rythme du thriller ultra-efficace relançant sans cesse l’action de ce huis-clos à ciel ouvert, multipliant les obstacles : corail coupants, méduses, sutures artisanales d’une mauvaise plaie (la scène ouch du film). jusqu’à une confrontation finale « over the top » mais jouissive. Pour alléger la tension ils dotent Nancy d’un compagnon sous la forme d’un oiseau « Steven » Seagull (seagull signifie mouette en anglais) qui fonctionne un peu comme Wilson le ballon de volley du Seul au monde de Zemeckis.

Sur la base de son physique de surfer-girl ultime et sa photogénie incroyable on pourrait sous-estimer le talent de comédienne de Blake Lively, elle tient pourtant  à bout de bras ce qui est avant tout un « one woman show » avec une aisance et un naturel confondants. Physiquement convaincante elle compose une héroïne badass et pleine de ressources.

shallows-trailer-blake-lively-2016

Comme souvent avec les requins de cinéma, le squale est plus effrayant quand nous ne le voyons pas, ou quand nous l’apercevons  fugacement. Mais Jaume Collet-Serra a un fantastique sens  du timing  au point où bien que nous sachions que ce satané requin va surgir dans le cadre son irruption reste un parfait moment de terreur. Son talent éclate ici même si j’ai toujours trouvé qu’il était un excellent réalisateur de série B (au sens noble du terme) sa maîtrise de l’espace, son sens visuel dopent ce survival, il nous offre par exemple un plan iconique ou l’on devine la silhouette du requin apparaît rétroéclairé dans la vague sur laquelle surfe Nancy . Il a l’intelligence de garder son film sous la barre des 90 minutes en concentrant la tension aidé par le montage serré du vétéran Joel Negron (Transformers 2&3, Pain & Gain, The Nice guys) et la photographie de Flavio Martinez Labiano ( Timecrimes, Non Stop) qui sublime l’eau pellucide de la crique et la plastique de Blake Lively.

Conclusion :  Excellente Série B comme  Blake, Beach, Bikini and Blood – Instinct de survie est un survival anxiogéne ultra-efficace porté la performance puissante de Blake Lively et la mise en scène inspirée de Jaume Collet-Serra.Un parfait film d’été.

Ma Note : B+

Instinct de survie ( The Shallows) de Jaume Collet-Serra (sortie le 17/08/2016)

 

 

Publicités

Une réflexion sur “Instinct de survie [Critique] Duel au soleil

  1. Sweet Judas 28 décembre 2016 / 21 h 04 min

    J’avais lu tellement d’avis positifs sur ce film que je crois que j’en attendais peut-être trop… Pourtant, de base, j’adore les films de requins et de trucs plus ou moins plein de dents et affamés de chair humaine mais là, je sais pas… Soit c’était trop, soit c’était pas assez. A la limite, que les motivations de Nancy tiennent sur un mégot de cigarette, bon, oké, c’est pas le but du film. Mais il y a trop de temps morts qui viennent saborder la tension de l’ensemble et puis le requin qui déchire en deux le poivrot du coin mais lui entrouvre à peine la cuisse alors qu’il la chope à pleines dents dans le creux d’une vague, je dis non. Sans parler de la scène finale avec l’empalement du squale.
    Bref, une grosse déception en ce qui me concerne.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s