Traque à Boston [Critique] Bloody Monday – B+

traqueaboston-800x445

Peter Berg (Le Royaume, Hancock) retrouve Mark Wahlberg  pour la troisième fois après le douteux  Du Sang et des larmes et le très bon Deepwater Horizons pour un film qui retrace l’attentat et la traque des coupables du double attentat du marathon de Boston à travers  les parcours de l’agent spécial Richard Deslauriers, du commissaire Ed Davis, du sergent Jeffrey Pugliese 

Malgré  la présence de sa « muse » depuis 3 films Mark Wahlberg en tete d’affiche Traque à Boston qui décrit la journée des attentats qui frappa le marathon de Boston en avril 2013 et la chasse à l’homme qui s’en suivi n’est pas un one-man show de Marky Mark mais bien un film qui alterne les points de vue entre les premiers intervenants, les survivants et les enquêteurs.  Wahlberg incarne Tommy Saunders  irritable sergent de police de Boston suspendu pour un acte de rébellion qui restera inexpliqué et qui purge le dernier jour de sa punition comme simple agent en uniforme le jour du marathon. Il se retrouve  plongé au cœur de l’action, aidant les blessés, identifiant les corps, chassant les terroristes et constitue notre point d’entrée dans le déroulement des événements. Tommy est un personnage fictif mais ceux qui l’entourent sont eux ancrés dans la réalité comme la mise en scène de Peter Berg, qui  s’appuie pour recréer la déflagration sur des images prises par les témoins que son directeur de la photo Tobias Schliessler intègre aux scènes de foule, tournées dans un style brut proche du documentaire.

8db7d565a3d7b1210c28bf9febc9e4d61

Peter Berg se montre  le réalisateur idéal pour ce projet tant il combine ce qui fait la force de son cinéma son œil et son affection « populiste » au bon sens du terme pour la description des communautés US comme dans Friday  Night Lights et son sens de la tension et de l’action (le Royaume). Comme il l’a montré avec son dernier film  Deepwater Horizon, il sait  parfaitement naviguer  dans une vaste trame narrative et si le scénario  est signé de cinq noms  (dont Berg lui-même) – rarement un bon signe  –  son récit est un modèle de clarté et de fluidité malgré les multiples points de vue et sous-intrigues.

Les scènes d’ouverture familières du genre, elles introduisent tour à tour  les différents protagonistes dont nous allons suivre le destin parmi les enquêteurs et les futures victimes. J.K. Simmons ( futur commissaire Gordon du film Justice League) incarne Jeffrey Pugliese, le sergent de police de banlieue qui fera preuve d’un courage  spectaculaire lors de l’appréhension des terroristes, John Goodman le patron de Tommy, le préfet de police de Boston Ed Davis et Kevin Bacon, le responsable local  du FBI Richard DesLauriers qui se retrouve à la tête de l’enquête quand le motif terroriste s’impose.

patriotsday-markwahlberg-marathonbanner

Certes le film  dépeint les  querelles entre la police locale, le FBI et les spécialistes du terrorisme  pour délimiter leurs domaines de responsabilité mais contrairement à Deepwater, Berg ne fait pas ici le procès de l’ineptie bureaucratique, il colle au plus près des événements (le film basé sur des reportages du magazine 60 minutes et des témoignages a d’ailleurs passé avec succès un fact-checking du Boston Globe ). Traque à Boston  reste tout aussi factuel dans sa description des deux terroristes Dzhokhar Tsarnaev (Alex Wolff) et son frère aîné Tamerlan (Themo Melikidze), ne cherchant pas à expliquer ce qui a inspiré ces deux frères américains d’origine tchétchènes  à commettre leur acte barbare. Tout au plus voit-on le cadet consulter un site djihadiste pour fabriquer leur bombe mais en dehors d’un dialogue avec un otage on n’en saura pas beaucoup plus.

Si il excelle dans l’action, la fusillade nocturne qui oppose les forces de police aux frères Tsarnaïev  intense et spectaculaire est un modéle d’efficacité, les scènes plus calmes comptent parmi le meilleures du film comme l’interrogatoire de l’impénétrable compagne de l’aîné des frères Katherine Russell (Melissa Benoist la Supergirl de la CW glaçante à contre-emploi) par une  mystérieuse agent gouvernementale portant un hijab  (Khandi Alexander). Le score anxiogène du duo Trent Reznor-Atticus Ross (The Social Network) contribue grandement à la tension permanente qui baigne le film.

D’aucun pourront être gêné par le caractère fictif du personnage de Wahlberg, amalgame de divers policiers qui lui permet d’être présent  à tous les moments cruciaux de l’attentat puis de la chasse à l’homme mais le comédien qui maîtrise à la perfection cet archétype du héros Bergien  le le col bleu « qui fait le job » malgré le dédain que lui inspirent les bureaucrates ou les gradés y injecte plus d’émotion et de fragilité qu’à l’habitude et se montre très convaincant.

Conclusion : Après Deepwater , Peter Berg  signe une nouvelle réussite avec l’haletant Traque à Boston film choral percutant à l’exécution parfaite.

Ma Note : B+

Traque à Boston (Patriots day) de Peter Berg   (sortie le 08/03/2017)

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s