Django Unchained -Il Était une Fois Dans Le Sud – Critique

Django-Unchained-affiche
L’affiche gauloise de Django Unchained

A chaque nouveau film de Quentin Tarantino on se retrouve à  le regarder comme on le ferait un funambule : va-t-il tomber de son fil et échouer après tant de réussites ? Et bien ses détracteurs en seront pour leurs frais, l’échec sera pour une prochaine fois !

Django Unchained est une nouvelle réussite pour QT qui s’attaque enfin au  western (ou plutôt ici un ‘Southern’) après avoir tant de fois flirté avec le genre. Comme à son habitude  il en tord les codes  mixant les influences pour en tirer une matière originale.

On retrouve ce qui forgé son succès : des  dialogues d’anthologie, une bande son marquante, des scènes de tension se concluant par des apothéoses de violence (et quelle violence !).

Ce qui distingue « Django Unchained » du reste de son œuvre c’est   pour la première fois en filigrane  le message qu’il porte à  travers sa représentation sans concession de la période esclavagiste. Contrairement à beaucoup d’autres productions US qui en donnent une version  moins brutale, il montre l’esclavage non pas comme une injustice  mais bien comme une horreur ou des hommes ont ravalés d’autres hommes au rang de bêtes.

Coté casting répondent à l’appel les fidèles Christoph Walz et Samuel L. Jackson (pour moi  les deux meilleurs interprètes de ses dialogues) enfin réunis, le nouveau venu Jamie Foxx  et la star Leo Di Caprio  qu’il avait failli diriger dans » Inglorious Basterds ». Il leur sert à chacun des morceaux  de bravoure en solo ou en opposition les uns aux  autres.

Sans surprise Christoph Waltz fait preuve de  la même virtuosité que dans son rôle de Hans Landa, cette fois ci du bon côté de l’Histoire (avec un grand h ). Jamie Foxx s’avère remarquable avec un jeu tout en retenue. La complicité entre les deux personnages fonctionne d’ailleurs à merveille.

Samuel L. Jackson fait un retour fracassant chez QT avec ce rôle de Stephen le régisseur de Candyland un esclave très peu loyal envers ses frères de souffrance, un individu redoutablement intelligent qui a parfaitement compris ce que ses maîtres attendent de lui et qui s’est bâtit une image en accord avec ces attentes. L’acteur passe avec talent de cette façade  à la vraie personnalité de Stephen.

Mais j’avoue avoir été impressionné, par Leonardo DiCaprio, pour moi  le MVP du film.

Par le passé si j’ai apprécié ses performances dans de nombreux grands films, j’ai toujours ressenti   dans son jeu un aspect   forcé comme s’il tentait de prouver à tout prix qu’il était de la trempe des grands. La disparaissant derrière la barbe et les dents gâtées de Monsieur Calvin Candie, son jeu semble gagner en naturel et  il livre une composition fluide sans en rajouter. Cette apparence constitue la métaphore d’un personnage, qui, sous le vernis du gentleman du sud qu’il veut composer, laisse apparaître bien vite un individu véritablement malfaisant, aussi pourri que sa dentition, qui se révèle dans une anthologique leçon de morphologie comparée.

On retrouve une galerie de seconds rôles et des tronches patibulaires à foison comme dans tout bon western spaghetti qui se respecte  (mention spéciale à Don Johnson) y compris le Django original,  Franco Nero, dans une apparition clin d’œil.

Au pays de Calvin Candie il n'y a pas beaucoup de gentils!
Au pays de Calvin Candie il n’y a pas beaucoup de gentils!


Comme à chaque fois depuis presque 20 ans on sort de la salle galvanisé, on a ri, on a applaudit avec l’envie de passer la bande originale en boucle.

Ooops Quentin Tarantino did it again!

Ma note A

et en bonus la critique de la Team No PopCorn

Capture01

Django Unchained se libére sur les écrans le 16 janvier 2013

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s