Blair Witch : Perdus dans les bois [Critique]

blairwitch
Adam Wingard et son complice scénariste Simon Barrett les cerveaux derrière les brillants You’re Next et The Guest se retrouvent aux commandes de leur projet le plus « High profile » à ce jour : la résurrection du Blair Witch Project. Est ce la réussite espérée ? Réponse ci-dessous

The Blair Witch Project tourné pour un budget ridicule avec des comédiens amateurs improvisant leurs dialogues sur une trame de  légende urbaine créée par ses réalisateurs Daniel Myrick et Eduardo Sánchez s’inspirants de documentaires sur le paranormal qu’ils jugeaient plus terrifiants que des fictions, connut un succès foudroyant.  Le film fut l’un des premiers à bénéficier d’un buzz sur Internet jouant sur l’ambiguïté entre fiction et réalité entretenue par le procédé de found-footage employé par Myrick et Sanchez (procédé consistant à présenter le film comme  un enregistrement vidéo authentique,  filmé par les protagonistes de l’histoire en caméra subjective). 
L’échec d’une suite réalisée un an après abandonnant ce procédé (tournée ironiquement par un documentariste réputé ) marqua la fin des velléités de ses producteurs de bâtir une franchise horrifique jusqu’à la révélation lors du Comicon 2016 de San Diego que le prochain film du talentueux Adam Wingard (et son scénariste Simon Barret) The Woods étaient en fait une nouvelle suite du film baptisée tout simplement Blair Witch.
L’intrigue de ce  nouveau volet est  simple : James (James Allen McCune)  frère cadet de Heather (Heather Donahue) personnage principal du premier film,  qui a grandi dans le traumatisme de la disparition de sa soeur décide sous l’impulsion d’une vidéo vue sur YouTube paraissant avoir été tournée dans la même maison présente dans le film original ou il lui semble avoir aperçu sa sœur de relancer les recherches. Sa petite amie Lisa (Callie Hernandez) étudiante en cinéma décide de réaliser un documentaire  sur ses efforts pour trouver de nouveaux indices sur la disparition de sa sœur.  Lisa, Peter (Brandon Scott) un ami d’enfance et Ashley (Corbin Reid), la petite amie de ce dernier décident de partir avec lui pour la forêt Black Hills  , équipés de matériel de prises de vue high-tech. Ils sont rejoint par un couple de locaux , Lane (Wes Robinson) et Talia (Valorie Curry), qui ont trouvé et téléchargé la vidéo. Ils s’enfoncent tous les six dans les bois ..pour leur malheur.
 Simon Barrett et Adam Wingard
Simon Barrett et Adam Wingard
Si nous ne sommes pas particulièrement fan de Blair Witch Project et du procédé de found-footage en particulier , nous sommes en revanche fan du travail du duo Wingard- Barrett qui a explosé avec You’re Next fantastique relecture du slasher-movie et The Guest qui appliquait la même recette aux séries B d’action des années 80. Les voir s’attaquer à  un film et une mythologie dont ils sont fans ne pouvait être que la promesse d’une autre réussite hélas cette révérence de l’original va s’avérer être leur limite.
Wingard applique les règles du found-footage de manière draconnienne,  prenant le parti de ne pas tricher et de ne capturer que des choses que les caméras de Lisa seraient capables de filmer. Ce qui se justifiait a l’époque par les contraintes budgétaires et la nécessité d’entretenir l’ambiguïté sur la vraie nature du film est inutile dans le cadre d’une production plus cossue  et se retourne contre le film. La présentation des équipements de Lisa au début du film : mini-caméra portée par chaque personnage, traceurs GPS et surtout une caméra montée sur un drone ouvraient le champ des possibles, hélas ils sont vite victimes des distorsions temporelles des lieux et la qualité des images de ce nouveau Blair Witch se trouve rapidement aussi réduite que celles de l’original. Wingard est obligé de s’en remettre à des jump-scare sonores (le sound design est particuliérement aggressif) et un montage très cut pour générer la tension. Le script de Simon Barrett colle-lui aussi au plus prés à la structure de l’original sans apporter de réponses supplémentaires ou étendre la mythologie du film. Et quand il introduit des pistes nouvelles comme le sort d’Ashley victime d’une étrange blessure il l’abandonne rapidement pour retomber dans des motifs connus. Ces choix sans doute guidés par un grand respect pour l’oeuvre originale nous amène à avoir la sensation de regarder à nouveau des scènes du premier volet.
blair-witch-callie-hernandez
Lisa (Callie Hernandez) la « last girl » ?
Wingard parvient tout de même à livrer un troisième acte très efficace situé  à l’intérieur de la demeure maudite du premier volet, un décor qui lui permet malgré les limites du dispositif d’orchestrer un enchaînement de scènes à haute-tension montrant que son talent est intact malgré ce qui constitue pour moi une déception.

Conclusion : En s’enfermant dans le respect orthodoxe du dispositif du found-footage et dans le trop grand   respect pour l’original Adam Wingard s’est perdu avec cette suite remake dans les bois comme ses personnages.

Ma Note : C

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s