Free Fire [Critique] Bang Bang (B-)

Free-Fire-Poster-Banner-cinemadroide

 

Le premier acte de Free Fire pourrait laisser croire que Ben Wheatley  (High rise, Kill list) sous l’impulsion de son producteur exécutif Martin Scorsese s’est décidé à marcher sur les traces de Quentin Tarantino ou  Guy Ritchie avec cette réunion de volubiles gangsters 70’s. Certes l’ entrepôt comme unité de lieu, l’utilisation de musique pop des années 70 (ici « Annie’s Song » de John Denver) le flux et reflux de la tension et sa conclusion évoquent  Reservoir Dogs mais, si il y a assez de similitudes pour justifier une comparaison Free Fire reste bien un film de Wheatley.  Alors que Reservoir Dogs quittaient de temps en temps l’entrepôt  pour des flash-backs qui étoffaient le background de ses personnages, Free Fire, une fois tous ses protagonistes réunis, ne le quitte plus .

On trouve ici des membres de l’IRA  (Cillian Murphy, Michael Smiley), des trafiquants d’armes (Sharlto Copley, Babou Ceesay) et deux mystérieux intermédiaires (Armie Hammer et Brie Larson). Après un échange tendu, Chris (Cillian Murphy) est mécontent de devoir acheter des Beretta AR-70 au lieu des M16 prévus et Vern (Sharlto Copley) se montre particulièrement abrasif envers ses clients, la vente est finalement conclue mais au moment où l’argent va s’échanger le chauffeur des marchands d’armes un Jack Reynor (Sing Street) complètement méconnaissable reconnait chez un des irlandais Stevo (Sam Riley) celui qui vient d’agresser sa cousine dans un bar faisant dérailler la vente…

freefire-image2-cliff-and-co
Si un regard pouvait tuer Justine (Brie Larson)

Tout le film est en fait une seule longue scène de gunfight qui s’étend sur plus d’une heure et si le scénario (signé par Wheatley et son épouse Amy Jump) trouve des astuces pour entretenir le mouvement quand l’histoire semble stagner (des protagonistes changent de camps , des nouveaux venus s’interposent) c’est une véritable guerre de position qui s’installe. Rapidement tous les belligérants de Free Fire subissent de multiples blessures par balle, aux jambes, aux bras, à l’épaule, aux fesses qui les contraignent à poursuivre leurs échanges balistiques et verbaux dans les débris et la poussière à l’image de cafards ou de serpents. On est pas ici dans un ballet aérien à la John Woo mais dans une ambiance sale et nihiliste plus proche d’un Sam Peckinpah ou d’un John Boorman. Wheatley observe ses gangsters à la manière d’un entomologiste, toute leur existence se voit condensée et réduite à des actes simples : ramper quelques mètres de plus, de gravir une marche d’escalier sans mourir. Le film entame une descente anarchique vers l’absurde, à mesure que la nuit s’avance les origines de la querelle sont oubliées et conformément aux lois de la thermodynamique le chaos de ce système isolé  augmente de manière irréversible. Derrière l’apparence du film de gangsters se cache un exercice de style  où  réalisateur anglais poursuit  les thématiques développées dans High Rise et observe ses personnages revenir à un état primal.

freefire1-cinemadroide
Ord (Armie Hammer), Justine (Brie Larson), Chris (Cillian Murphy), Stevo (Sam Riley) et Frank (Michael Smiley)

En l’inscrivant   dans  le cadre du film de genre et en le concentrant sur une durée de 90 minutes Wheatley rend son  exercice de style  accessible et ludique  grâce  aussi à  excellent casting  qui abat un travail formidable.  Les dialogues de Wheatley et  Amy Jump permettent à chaque personnage de  briller avec ses propres particularités rendant  même les plus vils d’entre eux aimables à leur manière. Cillian Murphy est ce qui se  rapproche le plus proche d’un héros (ou du moins d’un anti-héros) dans le film, il confère une certaine noblesse à son militant irlandais. Sharlto Copley (District 9) en trafiquant d’armes sud-africain, prétentieux, cupide et lâche compose un personnage clownesque accentué par l’exubérance de son costume. Brie Larson (Room, Kong Skull Island) dans le rôle de l’énigmatique Justine maîtrise à merveille le roulement d’yeux et compose un personnage tout aussi badass que ses homologues masculins. Armie Hammer (The Social network, Lone Ranger) qui, à la manière d’un Brad Pitt, cache derrière un physique d’Apollon une nature d’acteur de genre avec son personnage d’Ord « male-alpha » suave et imperturbable à la barbe luxuriante est l’acteur qui nous a le plus convaincu. On notera au passage dans un petit rôle Patrick Bergin (Jeux de guerre , Les nuits avec mon ennemi ) que les cinéphiles des années 90 ne peuvent avoir oublié tant il fut omniprésent dans cette décennie.

Ma Note : B-

Free Fire de Ben Wheatley (sortie le 14/06/2017)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s