Mon Top 10 Cinéma 2021

Ce classement n’a pas la prétention de distinguer les meilleurs films de l’année (si tant est qu’il y ait un métrique pour le faire) mais de partager avec vous  les films vus cette année classés selon un unique critère, le plus subjectif d’entre tous et le seul qui vaille  : le plaisir ressenti devant l’écran et le souvenir qu’ils m’ont laissés. Cette année 2021 a été riches en sorties avec le décalage des films de 2020 , avec nombre de films très attendus avec beaucoup de déceptions , pas tant de mauvais films que de films qui n’ont pas atteints les sommets auxquels ils auraient pu prétendre.

NUMBER ONE – THE SUICIDE SQUAD James Gunn

On sort enthousiaste de The Suicide Squad grand spectacle drôle inventif et spectaculaire d’une immense générosité. James Gunn qui n’a pas de gages à donner en matière d’amour du comic-book met en valeur toute la richesse, la folie et l’étrangeté de cet univers qu’il adore. Avec The Suicide Squad peut-être le meilleur film de super héros depuis 13 ans on a un repas complet des personnages attachants, de l’action , de l’humour du grand spectacle et de l’imagination.

2 DUNE Denis Villeneuve

Quels que soient les reproches de rythme ou de structure qu’on peut lui adresser Dune part one, est expérience visuelle et auditive grandiose et viscérale dont l’envergure monumentale nous transporte véritablement dans un autre univers, Denis Villeneuve est un des rares cinéastes à faire passer un souffle épique par sa science du cadre sans surcharge visuelle. Avec Dune il bâtit une cathédrale de la Science Fiction dont on espère l’achèvement prochain.

3 PROMISING YOUNG WOMAN   Emerald Fennell

En dépit du message qu’il véhicule, une attaque brillante contre un système toxique conçu par et pour les hommes, Promising Young Woman ne prêche jamais à son public et reste toujours divertissant. Dominé par une Carey Mulligan éblouissante qui élève encore son propos et dont la prestation marque le spectateur. Entre comédie noire et drame Promising Young Woman est une réussite dans le fond et la forme.

4 LE DERNIER DUEL Ridley Scott

Avec ce récit à la Rashomon au scénario nuancé et complexe, Ridley Scott vieux lion dans l’hiver de sa carrière rugit encore avec ce thriller médiéval post #MeToo parfois un peu long mais marqué par d’excellentes performances de son quatuor de stars , la qualité de sa reconstitution et la puissance de sa mise en scène.

5 GODZILLA VS KONG  Adam Wingard

Trop souvent cette année des films plus prestigieux n’ont pu tenir leurs alléchantes promesses. Ce n’est pas le cas de Godzilla vs Kong blockbuster pulp , fun, rythmé qui sait exactement ce qu’il veut être et investit chaque minute de ses deux heures de métrage pour se montrer à la hauteur de cette promesse. Le projet a beau être un pur produit commercial, il est également sincère et inspiré parce que c’est une lettre d’amour de fans authentiques à l’histoire collective de ces personnages emblématiques.

6 OLD – M. Night Shyamalan

Depuis son retour en grâce auprès du public avec Split , M Night Shyamalan ex wonder-boy a repris le contrôle de sa carrière finançant lui-même ses films. Libéré du poids des attentes démesurées de ses films à twist, il est devenu ce qu’il devait être un maitre du fantastique. Avec OLD il livre autour d’un concept digne d’un Twilight Zone, un huis-clos à ciel ouvert divertissant et angoissant dont sa mise en scène brillante fait passer les quelques imperfections.

7 THE CARD COUNTER Paul Schrader

Un vétéran hanté par les spectres d’une des sales guerre de l’Amérique, une quête de vengeance et de rédemption. Paul Schrader signe un film à la mise en scène d’une précision chirurgicale, avec des interprétations inspirées d’un casting mené par un Oscar Isaac magnétique. Puissant.

8 L’UN DES NOTRES Thomas Bezucha

En dépit d’un certain classicisme L’un des nôtres mélange de mélodrame et de revenge movie mâtiné de western crépusculaire, porté par la performance de Kevin Costner et Diane Lane vaut le détour. Cette fusion de genres empêche le spectateur de prévoir où se dirige l’intrigue surtout quand elle le conduit dans des endroits très sombres Son final violent et la menace constante que fait peser une Lesley Manville imprévisible font forte impression. Une solide série B tout autant émouvante que brutale. 

9 DON’T LOOK UP Adam McKay

McKay vise un ton à la Dr Strangelove pour une métaphore du réchauffement climatique mais surtout une autopsie du mandat Trump et de l’ère de la post-verité. Il tient parfaitement la ligne de crête entre désespoir & humour avec un casting qui s’amuse mais parfaitement dirigé. Les 75 millions de budget sont à l’écran,la photo de Linus Sandgren est superbe et McKay parvient à maintenir le rythme et l’intérêt sur 2h30.En 6 ans et avec ses 3 derniers il est entré parmi mes réalisateurs favoris de manière inattendue.

10 HALLOWEEN KILLS David Gordon Green

Si avec le précédent Gordon Green restait dans les clous de l’exercice balisé de la suite-remake là tout en conservant une facture visuelle léchée s’affranchit des codes habituels, drôle sans qu’on ne sache si c’est volontaire ou pas, ésotérique, étrange, politique parfois poignant et d’une violence gore inouïe. Il réinitialise les règles du jeu de la franchise la décorrélant de l’affrontement Laurie / Myers.

Mon classement complet de tous les films vus cette année :

https://www.imdb.com/list/ls082126478/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.